Accueil : Histoires d'enfants Amandine s'ennuie en classe
Amandine s'ennuie en classe Imprimer Envoyer

Amandine passe un bilan psychologique pour faire le point sur ses capacités intellectuelles, ses capacités d’adaptation scolaire et sur sa personnalité.

Amandine est actuellement en CP dans une classe à double niveau et ses parents se posent la question de savoir s’il convient de lui proposer de suivre les apprentissages du niveau supérieur CE1. Ses parents rapportent qu' Amandine répète tous les jours qu'elle s'ennuie et sollicite constamment les adultes qui l'entourent pour apaiser son mal être, elle se met en colère systématiquement si elle n'obtient pas satisfaction et se plaint souvent de son sentiment de solitude. Elle est la seconde d'une fratrie de trois enfants (un frère de trois ans et un autre de neuf ans) avec qui elle a une attitude trés protectrice.

Au cours de la passation Amandine est une enfant qui est déterminée à montrer qu’elle peut réussir et qui visiblement s’intéresse à tout ce qui lui est proposé. Elle entre aisément en relation, participe volontiers à toutes les épreuves et trouve du plaisir à le faire. Elle investit très fortement toutes les activités intellectuelles et reste soucieuse de bien faire tout au long de la passation. Elle est toutefois un peu anxieuse vis-à-vis de ses réalisations et sollicite régulièrement l’approbation et les encouragements de l’adulte. Elle a beaucoup de mal à se retrouver parmi son groupe d'amies qui semblent la confronter à ses propres limites.

 

 Dynamique cognitive de l’enfant

Son efficience intellectuelle mesurée au WISC IV la situe à un niveau supérieur à la moyenne des enfants de son âge avec des capacités exceptionnelles dans le domaine du langage. Elle se montre également très douée dans les épreuves impliquant le jugement, le raisonnement appliqué aux situations de la vie courante. Le bilan permet de relever toutefois des moments de démobilisation qui tiennent sans doute chez Amandine à la crainte de ne pas pouvoir être à la hauteur des attentes de l’adulte. Elle est moins performante dans les épreuves qui lui demandent de fonctionner seule et de s’appuyer sur ses propres repères. Dans ces moments là, elle met en place des stratégies qui sont utilisées par la majorité des enfants de son âge : approche par essais et erreurs, sollicitation de l’adulte,  ce qui lui demande forcément plus de temps et d'énergie.

 

Dynamique  affective de l’enfant  

Le développement affectif d'Amandine correspond tout à fait au développement affectif des enfants de son âge. Le bilan me permet de souligner la tendance excessive d' Amandine à investir la réussite, comme une marque de sa valeur. L’anxiété est réelle sur  les épreuves qui demandent à Amandine de faire preuve d’imagination. J'attire alors l’attention sur le fait qu’il serait souhaitable d’éviter qu' Amandine mette en équivalence bien travailler et avoir de la valeur, et plus encore bien travailler et être aimée. Amandine a des difficultés à trouver des repères identitaires solides qui lui permettraient de se décoller un peu de la relation exclusive qu’elle cherche à entrenir avec l’adulte. Elle s'appuie sur un sentiment de toute puissance pour pallier son manque de confiance en elle.

 
Conclusion

Compte tenu d’une part de son avance intellectuelle très nette et d’autre part d’un investissement important des activités du domaine scolaire, il pourrait être souhaitable de permettre à Amandine d’accéder aux activités  de la classe de CE1 afin qu’elle continue à investir le domaine des apprentissages, sans se dévaloriser et sans chercher constamment dans le regard de l’adulte des signes de reconnaissance. La situation scolaire s’y prête particulièrement bien cette année puisque l’occasion lui est offerte de le faire dans un environnement qu’elle connaît et la rassure. Ce glissement, sans passage anticipé,  lui permettrait certainement de s’éprouver et d’atténuer ses angoisses, mais surtout de s'affirmer d'avantage, de prendre confiance en son fonctionnement, de restaurer une image positive d'elle même et de trouver sa place en classe et auprès de ses amis.
D'autre part au cours de la restitution avec ses parents, la maman d'Amandine, qui travaille dans la formation, conviendra de son malaise face à l'impossibilité de faire passer Amandine au CP par anticipation à la fin de sa moyenne section, alors qu'elle lisait déjà couramment. Un questionnement s'est ouvert qui permet aux parents d'Amandine de travailler leur propre angoisse face aux difficultés et au désarroi d'Amandine.

Les dernières séances ont permis à Amandine d'exprimer clairement d'une part sa résistance à sauter une classe et d'autre part sa peur de ne pas y arriver malgrés des aptitudes certaines. Peu à peu elle s'est réconcilée avec elle même et  a réussi à s'engager dans des relations de camaraderie. Ce ne sera que deux ans aprés lorsqu' Amandine en a ressenti le besoin et la volonté qu'elle passera par anticipation au CM2.

 

 

En complément...